Moi, mes souliers ont beaucoup voyagé !

Ah!!! L’été… les vacances… Je ne sais pas pour toi, mais lorsque je pense aux vacances et aux voyages, je pense immédiatement à la sensation du sable chaud de la plage sous mes pieds. Je pense également aux longues marches en forêt seule ou en famille avec un pique-nique tout simple et tellement plus savoureux lorsque dégusté au bord du lac ou en plein cœur de la nature. Vous admettrez que le sandwich jambon fromage accompagné de tranches  de concombres mangés à la maison deviendra rapidement « une mie de blé entier garnie de cochonnailles et tuile  fromagée, le tout accompagné de fines rondelles de cucurbitacées ».

En forêt, nous ne mangeons pas, nous dégustons. Nous savourons le moment pleinement.

La marche, nous le savons bien, est excellente pour la santé et mérite d’être pratiquée aussi souvent que possible. Appelée « transport actif » par les amateurs de saines habitudes de vie, la marche permet en effet de brûler des calories, de diminuer le stress, de prévenir les maladies cardio-vasculaires et d’être plus productif. C’est merveilleux tout cela, mais encore…

J’ai fait pour vous un exercice tout simple. J’ai enfilé mes souliers de marche, je suis sortie de mon bureau et je me suis accordé 30 minutes de marche urbaine pour vivre le simple fait de voyager à bord de mes chaussures.

À peine sortie dehors, je constate la chaleur qui règne à l’extérieur. L’absence de soleil me chauffe tout de même le corps. L’air que je respire est « température pièce ». Le trottoir du quartier St-Marc est semblable au trajet d’une carte de chasse au trésor. Voilà ma mission : Découvrir les trésors du quartier.

Je décide de parcourir d’abord l’avenue St-Marc à rebrousse-poil (c’est-à-dire en sens inverse du trafic automobile). Rapidement, je sens une délicate odeur de café torréfié qui émane probablement de la Brûlerie au Marché public. L’humidité emprisonne ce parfum qui embaume tout le quartier. Au bout de quelques secondes, je me rends compte du courage de certains d’avoir osé étendre sur la corde à linge alors qu’on annonce de la pluie. D’ailleurs le bleu du ciel est plutôt gris. Je prends conscience de la force de la nature (les arbres et les plantes qui s’enracinent dans le ciment), de la beauté des ruelles étroites, de l’étendue des sentiers qui longent la rivière St-Maurice. Il y a de nombreux éléments intéressants qui se dessinent sur ma route comme par exemple: un banc qui propose une immense masse de feuillage en guise de paysage, un stationnement municipal inutilisé, un jardin collectif généreux, des articles divers et d’hiver, une monture de lunettes, de nombreux organismes communautaires, de jolies terrasses fleuries, un tas de jouets entassés sur le bord de la rue, un barbier qui a gardé le même décor vintage depuis 1969 et un chien heureux qui n’a plus d’yeux. Outre les objets, j’ai croisé beaucoup de gens dont deux dames octogénaires qui rigolaient très fort, un vieil homme qui disputait son petit chiot, deux amis qui jouaient au Poker sur un trottoir, une femme qui m’a arrêté pour me parler de son éventuelle ligature “squitch-squitch” comme elle m’a si bien mentionnée.  J’ai également entendu des rires, des oiseaux, des travailleurs acharnés sur la voie ferrée, les roues de trains qui hurlent, des bruits de climatiseur, des cris d’enfants, des sons de téléviseur, le trafic et le gargouillis de mon estomac. Il est temps de rentrer diner. D’ailleurs, quelqu’un cuisine sur le BBQ ce midi, je le sens.

Mon appareil photo s’est avéré un allié dans cette aventure puisque je souhaitais réaliser de belles images pour t’inspirer. Tellement que la fin de semaine prochaine, je vais proposer à mes enfants d’aller explorer notre quartier avec chacun un appareil photo en main. Je me promets également de répéter l’expérience à chaque saison. Les sensations seront vraisemblablement très différentes d’une saison à l’autre. Le paysage, les odeurs, les bruits…

J’aime savoir que la marche est profitable pour ma santé. Par contre, je me déplace à pied pour me permettre de voyager autrement et pour contempler ce qui m’entoure. Nous avons la chance à Shawinigan d’avoir plus de 100 parcs et espaces verts à découvrir en plus du milieu urbain facilement accessible et bien aménagé pour pratiquer la marche. Que ce soit à Cancún ou à Shawi, je vous recommande de marcher pour mieux profiter de votre escapade. Gageons que vous aurez des périples plus riches à raconter et de très beaux clichés à présenter à vos amis lors du prochain 5 à 7.

Caroline Chartier

Caroline ChartierRead all author posts

Caroline Chartier est passionnée de développement social et travaille dans le milieu communautaire depuis une dizaine d'années. Les projets qu'elle coordonne comme agente de projets au Centre Roland-Bertrand ou à Shawi en Forme visent toujours à améliorer la condition des gens. Pour elle, le bonheur se trouve dans les petites choses et elle sait repérer les occasions de manifester son enthousiasme. L'écriture de Caroline est très colorée. Elle sait nous emporter dans son univers aux milles et unes aventures du quotidien.

Leave a comment to this post Required fields are marked *