LES GRANDES ENTREVUES V – Rencontre avec Émile Cossette voyageur nomade et conférencier

Par Émilie Marchand       

Première et dernière photo : crédits Marion Vallerand

J’ai rencontré Émile pour la première fois à GRAND V lors de notre émission du 16 août dernier ayant pour thème voyager autrement. C’est Emmy Marchildon, stagiaire à La Philanthrope, qui nous disait que nous devions absolument l’inviter à cette émission, car il incarne l’exemple parfait de ce qu’est voyager autrement. Elle avait raison. Nous avons tous eu un coup de cœur instantané pour ce barbu à la chevelure attachée !  Émile compare les voyages autour du globe au voyage intérieur qui mène vers la découverte de soi et de l’autre. Lorsque l’on jase avec lui, on sent qu’il habite le moment présent, qu’il observe ce qui se passe et qu’il nous écoute attentivement à la fois. Il est rempli d’une sagesse désarmante et il est, selon moi, une inspiration pour tous, jeunes et moins jeunes.

La devise d’Émile. Cossette : voyager partout, voir grand, rencontrer les gens, et ce, même si nous avons peu de moyens financiers ! À 22 ans, son parcours de voyages est impressionnant. Il a visité 38 pays et appris huit langues, et ce, dans les cinq dernières années. J’ai donc eu spontanément envie de pousser un peu plus loin l’entrevue qu’il a accordée à Véronique Buisson dans GRAND V et d’en savoir plus sur lui, sa passion pour les voyages ainsi que le voyage intérieur qu’il expérimente en même temps qu’il explore le monde qui l’entoure. Voici donc le résumé de notre échange : 

Émile, quel est ton top 3 de tes destinations coups de cœur et pourquoi ?

L’Inde

La seule place où j’ai fini toutes mes journées épuisées de mes émotions, pleurer autant de joie, avoir le goût de vomir devant des atrocités, perdre foi en l’humanité, voir les plus belles choses au monde, comprendre mon but sur terre, rencontrer des humains incroyables. C’EST INDESCRIPTIBLE !

Le Népal

Le Népal m’a appris à aimer la simplicité et m’a simplifié ce que c’est d’aimer. Le Népal m’a aussi appris qu’une vie ça ne se pense pas, ça ne se calcule pas et ça ne se prévoit pas : ça se vie.

On y trouve les plus beaux humains sur terre, je vais probablement finir mes jours là-bas.

La Grèce

En excluant les places touristiques plus accessibles que les 2 autres, la Grèce est définitivement la plus belle place à découvrir en Occident pour sa simplicité, sa beauté naturelle, les humains exceptionnels qui y habitent. C’est un beau mélange de tradition/fraîcheur. C’est tellement unique comme culture et comme énergie. 

 

 

 

 

Raconte-moi ta rencontre la plus marquante. C’était avec qui, dans quel contexte et pourquoi ?

Aouch!, c’est difficile de répondre, après avoir rencontré des centaines de gens qui m’ont appris à aimer, comprendre, simplifier, partager, accepter, vivre, etc.

Des gurus, yogis, parents, voyageurs, entrepreneurs, fermiers, sans abris, des gens de toutes les sphères m’ont partagé leur vécu pour que je puisse l’ajouter à ma recette.

La personne qui m’a le plus marqué et qui continue quotidiennement de me marquer habite à Shawinigan. Je l’ai rencontrée en travaillant avec elle au Café Bistro de St-Mathieu, elle s’appelle Emilie Maloney. C’est une perle et je remercie la vie de l’avoir mise sur ma route. Son écoute, ses conseils, son expérience de vie, ses couleurs, son énergie, son objectivité, sa vision, sa présence, elle est unique et incomparable. Elle m’a fait comprendre beaucoup de choses, mais le plus important fût de comprendre que le regard et l’analyse de mon entourage sont teintés à chaque fois de ma personne, de mes blessures, de mes aversions et qu’on doit donc se guérir intérieurement pour changer nos perceptions, voir les choses telles qu’elles sont et comprendre que le paradis est l’état d’esprit qui découle de ce travail intérieur.

Sans oublier deux personnes très importantes pour moi, Catherine Beaudoin qui m’a ouvert un univers pour grandir en conscience et Nurdev Poudel pour m’avoir appris à simplifier la vie.

Peux-tu me raconter l’anecdote la plus cocasse ou la plus impressionnante que tu as vécue en voyage ?

Il s’agit de quand j’ai failli mourir avec mes 2 amis Cédric et Anthony dans l’Océan Pacifique et que ça à pris une quinzaine de personnes de l’escouade marine de San Diego pour nous sortir de l’eau. On marchait sur le bord de l’eau et on est restés pris à différentes places en bas d’une falaise et les vagues montaient. Je leur ai dit de me laisser là si ça coûtait quelque chose et c’était gratuit finalement.

Quelle a été ta plus grande sortie de zone de confort lors d’un voyage ?

Certains vont se rappeler de la fois où moi et mon ami Marc-Olivier Ayotte on a failli devenir des cas d’Amnistie internationale au Kyrgyzstan à 19 ans. Sans donner trop de détails, c’est la fois où j’ai été le plus dans une situation où je n’avais aucun contrôle, avec le consulat canadien qui ne pouvait absolument rien pour nous et qui a résulté en plusieurs mois de choc post-traumatique pour ma part.

Je n’encourage personne à aller jouer au delà de la zone d’inconfort, celle que j’appelle la zone de chaos. Avec la zone d’inconfort, on contrôle encore un minimum ce qui se passe. Dans la zone de chaos, on en est victime, et souvent seulement la chance peut nous en sortir.

J’ai quand même appris beaucoup dans cette expérience : ce qui nous ne tue pas nous rend plus fort !

Qu’as-tu appris de toi que tu ne savais pas avant d’entreprendre tes voyages ?

Que nous sommes infinis. Qu’on est notre propre limite. Que nous sommes les responsables de notre bonheur. C’est tellement facile à dire, je sais. Mais vivre une vie avec ses principes marqués au fer dans ton esprit change radicalement la qualité d’une vie. Prendre en responsabilité sa vie, arrêter de mettre la faute sur ‘’le monde’’ et se regarder dans le miroir pour comprendre ce qui ne va pas. Changer son regard de direction au lieu de partir dans une quête infinie pour changer tout ce qu’on n’accepte pas autour de nous.

Des conseils pour les jeunes et moins jeunes qui, comme toi, veulent se mettre au centre de leurs priorités ?

De s’expérimenter. S’expérimenter, c’est découvrir, essayer quelque chose de nouveau, s’écouter. C’est selon moi la meilleure manière de se découvrir, de prendre confiance en soi et de se développer comme humain. C’est comme si notre existence était une formule chimique et qu’on était venu pour apprendre à la découvrir.

En expérimentant (essayer quelque chose de nouveau), on découvre des facettes de nous, on redéfinit nos limites, on sort hors de notre zone de confort et, inévitablement, on fera face à l’échec. Les échecs, ce sont des apprentissages, on ne doit pas en avoir peur. Donc en avançant dans la vie, on découvre des bouts de notre formule (faire du sport, méditer, pratiquer le yoga, les arts, la nature, voyager) qui font de nous la personne que nous sommes. Juste à entretenir les bouts qu’on a réussi à apprendre et de ne jamais éteindre cette petite flamme qui nous pousse à se rapprocher du vrai ‘’nous’’ et non pas la version conditionné de celle-ci.

Quelle est la plus grande leçon de vie que la vie t’a apporté lors de tes voyages ?

Tant et aussi longtemps que nos décisions seront alimentées par des peurs ou des aversions, le résultat de ses décisions ne pourra jamais nous rendre heureux. Beaucoup de mes voyages ont été alimentés par une peur d’être limité et une peur de n’être pas assez pour mes proches et au retour de ces voyages-là, je me sentais aussi vide qu’à mon départ. Par contre, les décisions de vies alimentées par l’amour vont réellement nous rendre heureux et satisfait de notre vie. J’essaie de me rapprocher de cet idéal, depuis 5 ans, et je suis près d’avoir trouvé cette voie qui sera alimentée par l’amour, qui sera libre d’influence externe afin de découvrir ce petit soupçon de liberté qu’on est venu apporter durant notre existence, si éphémère qu’elle soit.

Que peut-on te souhaiter pour la suite de cette quête intérieure et celle de découvrir le monde autour de toi ?

Surtout pas de la chance (rires!), mais comme je dis à tout le monde : de récolter ce que l’on sème. La vie aide ceux qui s’aident, tu recevras ce que tu donneras et probablement acheter une ferme avec ma famille népalaise dans les prochaines années.

Je veux terminer cette entrevue en vous remerciant. Tellement de gens méritent une tribune comme celle-là (GRAND V). Je me considère chanceux d’avoir une place comme ça pour m’exprimer, car il y a tellement d’humains inspirants partout qui méritent notre attention. Je suis seulement un jeune parmi tant d’autres. J’admire ceux qui n’ont pas eu à se perdre pour se retrouver et qui savaient déjà la voie qui allait les rendre heureux. Pour ceux qui sont moins sûr, expérimenter! Je vous promets : la vie vous réserve tellement de cadeaux.

_______________________________

Si, vous aussi, vous avez envie de rencontrer Émile et d’être teinté par sa philosophie de vie, sachez qu’il offre des conférences gratuites. Pour plus de détails à ce sujet :
www.hacklavie.com/confeacuterence.html

Pour le suivre dans son aventure de voyages et de vie, c’est par ici : www.hacklavie.com

À propos d’Émile Cossette   :

22 ans, beaucoup d’énergie, heureux. Quand je faisais des blocs LEGO lorsque j’étais petit, j’adorais construire quelque chose pendant une semaine et le détruire lorsque ça commençait à avoir de l’allure. Je fais la même chose avec ma vie, lorsque je suis confortable avec quelque chose, je le détruis et je m’en vais quelque part hors de ma zone de confort pour continuer à apprendre et me dépasser. J’ai changé d’école 8 fois depuis le secondaire, appris 8 langues, été dans 38 pays, dédié ma vie au sport, au business, au voyage, aux langues et maintenant à la découverte de soi. Pour résumer rapidement, j’expérimente ce cadeau avec lequel je suis né pour comprendre sa vérité. Il n’y a pas de mode d’emploi et chaque humain à une vérité différente. À ce que la vie à l’air de me dire, je suis ici pour donner la petite claque dans le dos qui manque parfois, pour aider ceux qui oseront se découvrir, oser traverser ses fausses barrières qui nous empêche de voir la magie qui nous attend à l’extérieur de celles-ci. La la vie est belle, transformons-nous de l’intérieur pour comprendre l’immensité qui nous entoure.

Source : www.hacklavie.com/contact.html

 

Émilie Marchand

Émilie MarchandRead all author posts

Curieuse, dynamique, passionnée de TV, de culture et de voyages, Émilie cumule plusieurs années d'expérience en communication, tourisme, animation et journalisme. En plus d'être la maman de son beau petit Alexis, elle est coordonnatrice aux opérations, COM & événements pour La Philanthrope et coordonnatrice pour GRAND V. Elle se démarque par sa plume communicative ainsi que par son désir d'aider et de faire rayonner les autres. Elle est bien ouverte à découvrir de nouvelles choses, de nouvelles idées, de nouveaux endroits. N'hésitez pas à lui écrire si vous avez des suggestions de sujets. Elle en sera ravie !

Leave a comment to this post Required fields are marked *