Être entrepreneur, c’est aussi ça…

Il est facile pour un entrepreneur de parler de ses succès et de ses réussites. Premièrement, parce qu’il est fier du résultat de son travail acharné, ensuite parce que ça le valorise! Parce que lorsqu’on est entrepreneur, personne ne nous félicite pour nos bons coups; ou que très rarement! Il serait donc pour moi très facile de te parler de mes bons coups de la dernière année! D’autant plus qu’ils sont, je le crois, nombreux!

Mais il existe une face cachée que peu d’entrepreneurs abordent et qui fait partie de la réalité d’un propriétaire d’entreprise. Et cette réalité c’est l’échec.

L’échec parce que l’on apprend,

L’échec parce que l’on a fait une erreur,

L’échec parce que la vie c’est la vie.

Vous me direz : «Il n’y a pas que les entrepreneurs qui subissent l’échec!» Et vous avez raison. Par contre, comme propriétaire d’une entreprise qui emploie une cinquantaine de personnes en plus d’une centaine de consultants, mes échecs et mes erreurs affectent beaucoup de gens.

Dans ce billet, je choisis de vous raconter ma semaine de travail comme propriétaire d’entreprise. Non pas mon échec lointain, mais la situation à laquelle je dois faire face ces jours-ci! La croissance de mon entreprise lors de la dernière année fut de plus de 35%. Nous avons décroché plusieurs contrats avec de grandes entreprises québécoises et nous avons le vent dans les voiles. ”Incroyable”, me direz-vous! Quelle belle entreprise en santé! Félicitations!

Seulement, cette croissance met une pression énorme sur le flux de trésorerie de l’entreprise. En mot simple, cela signifie que les grandes entreprises me paient plus tard, beaucoup plus tard! Alors que moi je dois payer mes effectifs immédiatement ce qui cause un manque de liquidité important nécessaire aux opérations (comme faire les paies par exemple).

Pour ajouter au problème, j’ai pris certaines décisions qui s’avèrent, aujourd’hui, être des erreurs. Je dis  «s’avèrent être des erreurs», car elles auraient très bien pu être d’excellentes décisions! Seul l’avenir pouvait me dire si je prenais les bonnes décisions.

Un exemple? Déménager notre siège social dans un local plus spacieux, mais oh combien plus dispendieux!

Bref, avec l’arrivée de la période estivale qui est une période creuse pour l’entreprise, nous sommes dans une situation financière précaire et devons prendre des décisions difficiles si nous voulons être encore présents à l’automne.

Cette semaine (celle qui vient de passer), j’ai donc dû rencontrer certains membres de mon personnel pour leur annoncer qu’ils étaient mis à pied ou licenciés.

De ce nombre, une maman monoparentale de 2 bouts de choux qui peine à joindre les 2 bouts et une dame qui soutient financièrement son conjoint malade entre autres.

Quels moments difficiles à vivre! De voir l’anxiété, le stress et parfois la colère sur leurs visages! Avoir le devoir de les écouter et de les comprendre dans leurs réactions face à cet imprévu de la vie, mais sans pouvoir les aider. D’être le responsable de leurs inquiétudes et de leurs soucis.

Et si j’avais pris des décisions différentes, est-ce qu’ils pourraient conserver leurs emplois cet été?

Supporter le poids de chaque décision que l’on prend et vivre avec les impacts de celle-ci sur des gens que l’on estime, c’est aussi ça être entrepreneur.

Trouver la force de continuer malgré les embûches et les échecs, c’est aussi ça être entrepreneur.

Cher entrepreneur qui lit cet article, sors de ton mutisme! Brise le silence et partage tes émotions à quelqu’un en qui tu as confiance. Et tu trouveras la force de continuer et de faire la paix avec tes décisions.

Et merci pour ta lecture! Car l’écriture de ce billet fut pour moi un pas dans l’univers du partage… en route pour faire la paix avec les décisions difficiles que j’ai dû prendre ainsi que celle que je devrai prendre dans le futur… Parce que c’est aussi ça être entrepreneur! 

Au plaisir de te croiser et d’échanger,

Joel Gallant

Entrepreneur, conférencier et blogueur

Joël Gallant

Joël GallantRead all author posts

Joel est un jeune entrepreneur en série. Seulement âgé de 30 ans, à la barre de sa quatrième entreprise, il vient d'être nommé personnalité d'affaires masculine de l'année par la Jeune Chambre du Commerce de la Mauricie au Gala Édis 2018. Joel est un homme qui aime avoir plusieurs projets en même temps. Il donne de la formation en vente et du coaching en positionnement de marque en plus d'être conférencier, chroniqueur et blogueur. Il est par dessus tout passionné des affaires et des gens. Il se qualifie de libre penseur qui aime exprimer le fruit de ses réflexions qui vont souvent à contre-courant.

Leave a comment to this post Required fields are marked *